Accueil > PRESSE > Article ’’ouest france’’ 8 Octobre 2015

Article ’’ouest france’’ 8 Octobre 2015

Marie Stephan se nourrit de peinture depuis 40 ans

Une odeur d’encaustique et une douce chaleur vous cueillent dès l’entrée. La température n’y est pour rien, il s’agit plutôt d’une ambiance. L’endroit n’est pas très grand, l’éclairage tamisé, les objets patinés. Au premier coup d’œil on devine que la maîtresse des lieux a un penchant pour la peinture… bretonne de surcroît. « Et d’une époque particulière ! », s’amuse Marie Stephan, propriétaire de la galerie.

« Quand je me suis installée, au milieu des années 70, nous étions une dizaine d’antiquaires à Perros. » Aujourd’hui, il ne reste qu’une boutique au port. À l’époque, la jeune femme et son mari, déjà dans la partie, possédaient un carnet d’adresse solide auprès de particuliers. « Nous travaillions à l’ancienne, nous fréquentions assez peu les salles des ventes. » Les meubles anciens et objets précieux partageaient déjà l’espace du magasin d’antiquités avec la peinture.Au fil des années, celle-ci s’est imposée à Marie comme une évidence. « On vit dans une région aimée des peintres, c’est un enrichissement incroyable ! » Petit à petit, l’antiquaire s’est transformée en galeriste laissant éclater son goût pour la peinture de 1850 à 1950, en lien avec la Bretagne .
« Je cherche 150 noms »
Si, durant ce siècle, l’école de Pont-Aven émerge et devient vite incontournable, Marie Stephan s’attache également aux peintres qui ont fréquenté la Bretagne Nord. « La région a attiré les peintres dès que le chemin de fer est arrivé », rappelle-t-elle. Bientôt les cafés littéraires, les ateliers parisiens bruissent de la renommée des lumières, des couleurs et des paysages attirant toujours plus d’artistes.
Si on ne peut parler d’école, Perros-Guirec est très vite évoqué comme un site pictural de première importance, et « les peintres s’y regroupent par affinités d’idées ou de lieux ».
 Cette spécialisation lui laisse quand même l’embarras du choix quand elle part à la recherche d’œuvres, de perles rares quelques fois… « Je cherche 150 noms environ. Je n’achète jamais un tableau que je n’aime pas, même si je sais que je pourrai le revendre sans difficulté. » Ce métier qui l’a toujours emporté s’est transformé en véritable passion, elle y consacre tout son temps. « J’y mets toute mon énergie, je dis que je me suis fait attraper par la peinture », sourit-elle.
« La peinture touche tout le monde »
Autodidacte, Marie est entourée de livres dans lesquels elle puise son savoir pour mieux le partager. Parmi ses peintres préférés : Cornelius, Clouard, Denis, Seevagen...« Je n’aime rien autant que de parler d’un tableau. Chacun raconte une histoire. » Si cette histoire se rapporte à un site que l’on peut encore admirer ou évoque le passé de la région, là elle s’emballe. Son visage s’éclaire et les mots affluent pour décrypter une œuvre d’Étienne Bouillé, Pêche aux huîtres dans la rivière de Tréguier. C’est le témoignage d’une époque « Il représente quelque chose qui n’existe plus, il a un intérêt ethnographique », assure-t-elle. Elle a pu l’admirer quelque temps mais il a vite trouvé preneur. « Rien ne circule plus que la peinture, je n’ai pas de mal a me séparer des œuvres même si j’apprécie de « me les approprier » quelque temps avant qu’elles ne s’en aillent. »
La porte de la galerie est grande ouverte la plupart du temps, accueillante à l’image de sa propriétaire persuadée qu’il est facile d’intéresser n’importe qui au monde de la peinture. Selon les œuvres exposés dans la vitrine, elle aime entendre les commentaires des passants. « Ça touche tout le monde. Pas seulement les amateurs pointus, chacun peut donner son avis, partager son ressenti »
Anne Herviou

  • galerie Stephan
Galerie Stephan ~ 66 rue du Maréchal Joffre ~ 22700 Perros-Guirec ~ tel : 02 96 23 38 63 ~ couriel : galeriestephan@gmail.com