Accueil > ACTUALITES > Auguste Matisse (1866-1931) peintre de Bréhat

 

 

Auguste Matisse (1866-1931) peintre de Bréhat

  • Matisse : galerie Stephan Perros-Guirec

" Au large de Bréhat "

« Les peintres de marines sont presque toujours des peintres de rivages ; celui ci est un peintre de pleine mer. La mer a pour lui trois dimensions : il est habitué à la voir en transparence sous lui et aussi à voir une crête de lame au dessus de sa tête, à considérer l’horizon non comme une droite ininterrompue, mais comme une ligne continuellement coupée par les vagues qui la dépassent. » Roger de Felice signe ici un article paru dans Art et Décoration d’avril 1920 ( N° 220). Il évoque Auguste Matisse.
Pour le tempérament rude et marin, tout est dit.

Auguste Matisse passe trente cinq années de sa vie sur l’ile de Bréhat. Il vit modestement dans une maison de pêcheurs. Barbu, trapu, vêtu comme un marin il partage avec délice la vie des pêcheurs locaux. Mais Auguste Matisse est également peintre et il crée des vitraux.
. Appelé parfois "le faux Matisse"
. Inhumé au cimetière de Bréhat.
. Sur sa tombe un imposant médaillon de bronze à son effigie, recouvert de végétation il n’y a pas si longtemps encore.

Il n’en fallait pas plus pour que la galerie Stephan se passionne pour ce peintre étonnant nommé peintre de la marine. De nombreux tableaux de lui sont passés par la galerie.
Dès 1904, il participe au salon d’Automne et expose aux " Artistes Français" à partir de 1895. Elève de Bonnat, il peint alors des portraits et des scènes de genres souvent présentées aux salons. Ainsi
- en 1890 il expose un portrait sous le N° 1644
- en 1896 il expose " L’exorcisme" sous le N° 1377
- en 1898 il expose " la vie est un combat, le rêve en est la gloire."
La représentation de la mer n’arrive qu’avec " les années Bréhat " mais devient vite une obsession. Mieux que personne il sait rendre la houle, les vagues ourlées d’écume et souvent dans de nombreuses toiles : là haut, tout là haut, sur la ligne d’horizon, le petit bateau, point minuscule qui n’est là que pour souligner l’immensité de cette mer. Une mer parfois effrayante, toujours puissante, passant du vert sombre au turquoise et par divers tons de gris.
Dans l’huile sur toile que nous présentons, les pêcheurs sont en vue des côtes, sur une mer grise pleine de puissance et de remous. La tombée du jour se décline dans une infinie variété de gris subtils.

Ce tableau est présenté à la galerie.

Galerie Stephan ~ 66 rue du Maréchal Joffre ~ 22700 Perros-Guirec ~ tel : 02 96 23 38 63 ~ couriel : galeriestephan@gmail.com