Accueil > ACTUALITES > Francis Renaud sculpteur breton 1887-1973

 

 

Francis Renaud sculpteur breton 1887-1973

  • francis renaud sculpteur

La Frileuse ou L’Hiver

Francis Renaud est né le 26 novembre 1887 à Saint-Brieuc, Rue Saint-Guillaume où son père tenait une confiserie. Il passa dans cette ville toute sa jeunesse jusqu’à son départ pour Rennes puis Paris.
Sa mère, ayant repéré le goût de son fils pour le dessin, lui fait suivre les cours municipaux de dessin.
Encouragé par son professeur, il s’engage dans des études artistiques : deux ans à l’École des Beaux-Arts de Rennes puis, après sa réussite au concours d’entrée en section peinture, à l’École des Beaux-Arts de Paris. C’est dans cette discipline qu’il sera admis aux « Artistes français » en 1908. Après son service militaire il retourne à l’École des Beaux-Arts à Paris mais dans l’atelier de sculpture. Il y terminera ses études artistiques.
Désormais il partage son temps entre Paris où il trouve une ambiance artistique favorable et de longs séjours à Saint-Brieuc. C’est essentiellement en Bretagne qu’il trouve son inspiration. Ses oeuvres les plus fortes sont « bretonnes », pourtant, contrairement à ses contemporains (Quillivic et Beaufils) il n’a pas besoin d’avoir recours à un modèle. Les figures bretonnes sont en lui et alimentent son imagination. Ainsi ni La Pleureuse de Tréguier, ni les Veuves d’Islandais ne s’inspirent de modèles précis mais il donne à ses différents monuments l’indéniable ancrage régional. L’utilisation du granit de Kersanton favorise cette inspiration. Il considère cependant que produire uniquement des oeuvres inspirées par la Bretagne limiterait sa création et il se plaît à sculpter des nus, essayant par là d’atteindre la perfection de la statuaire grecque qu’il admire tant. La Frileuse (encore intitulée l’Hiver) qu’il crée pour le Palais de Chaillot en 1937 en est un bon exemple.
Lorsqu’il se retrouve au pays, Francis Renaud, passionné par la mer (il avait envisagé devenir marin), consacre une bonne partie de son temps à bord de son bateau Le Saint-Jean qu’il pilote le long des côtes, le transformant occasionnellement en atelier ou en salle d’exposition (Saint-Malo, Juillet 1928).
Sa longue carrière créative de 45 années, maintes fois récompensée, a été interrompue par la guerre de 14-18. Mobilisé pour la durée du conflit, Francis Renaud en reviendra avec une blessure d’obus et il y aura vu mourir bien des amis (parmi eux Paul Le Goff, comme lui sculpteur briochin et ses deux frères). Cette expérience n’est pas étrangère à son acceptation de réaliser plusieurs monuments aux morts bretons.
Continuant à travailler jusqu’en 1966, Francis Renaud meurt à Saint-Brieuc en 1973, dans la même maison de la rue Saint-Guillaume, laissant une « oeuvre puissante dont la simplicité est l’une des forces »(Olivier Levasseur ).
( Association Pierre Loti à Paimpol)

Cette terre cuite est présentée à la galerie.

Galerie Stephan ~ 66 rue du Maréchal Joffre ~ 22700 Perros-Guirec ~ tel : 02 96 23 38 63 ~ couriel : galeriestephan@gmail.com