Accueil > ACTUALITES > Lucien Neuquelman (1909-1988), un pointilliste à Bréhat

 

 

Lucien Neuquelman (1909-1988), un pointilliste à Bréhat

  • Neuquelman . galerie Stephan Perros-Guirec

Ile de Bréhat : Goaréva

Lucien Neuquelman, adepte du pointillisme n’est pas toujours nommé dans les listes de peintres qui ont séjourné à Bréhat. Et pourtant... il y est venu plusieurs fois.
Sa palette est souvent lumineuse ; et cette luminosité est ici décuplée par la technique pointilliste.
Neuquelman fait l’école des Beaux-Arts de Toulon et entre à l’Académie de la Grande Chaumière à Paris en 1930. Il rencontre Othon Friesz (1879-1949).
C’est un artiste délicat dont les sujets de prédilection sont la Bretagne, surtout maritime, et Paris.

Quelques mots sur le divisionnisme ou pointillisme...

Dans les années 1880 le divisionnisme, issu de l’impressionnisme voit le jour.
’’ Baignade à Asnières’’ (1884) ou ’’Un dimanche après-midi à l’île de la Grande Jatte’’ (1884-1886) de Seurat en sont les œuvres fondatrices.
Dès 1886, le critique d’art Felix Fénéon donne au mouvement le nom de ’’néo-impressionnisme’’. Signac, à la mort de Seurat rebaptise le ’’divisionnisme’’ en ’’pointillisme’’.
Ces néo-impressionnistes exposent régulièrement au salon des Indépendants. Pissaro évoque alors ’’un impressionnisme scientifique’’.
Les peintres de ce mouvement sont des peintres de plein air. Ils s’appuient sur les théories scientifiques des phénomènes optiques. Ils utilisent uniquement les couleurs fondamentales du spectre éclatées en petits points. C’est l’œil qui reconstitue le sujet et l’organise lorsque l’on s’éloigne du tableau.
Alors que les impressionnistes font leur mélange de couleurs sur la palette et le mettent sur la toile par petites touches, les néo-impressionnistes juxtaposent leurs couleurs pures directement sur la toile par petites touches. Le mélange des tons se fait par l’œil et non par le pinceau.
Cette technique apporte une profondeur indéniable et une luminosité formidable.
Après la mort de Seurat en 1891, la technique va évoluer avec Signac. Les touches sont plus grandes et plus intuitives. Les couleurs de plus en plus éclatantes influenceront les Fauves.

Dans notre tableau, le pointillisme est au service de la sensibilité du peintre. Celui-ci nous restitue un paysage d’été gai et lumineux.

Ce tableau est présenté à la galerie.

Galerie Stephan ~ 66 rue du Maréchal Joffre ~ 22700 Perros-Guirec ~ tel : 02 96 23 38 63 ~ couriel : galeriestephan@gmail.com