Accueil > CHRONIQUES PEINTRES BRETONS > Seevagen (1887-1959), Clouard (1866-1952), Faudacq (1840-1916)

Seevagen (1887-1959), Clouard (1866-1952), Faudacq (1840-1916)

Réflexions sur la peinture régionaliste

Clouard durant sa courte carrière de peintre ne peint que le Trégor.
Seevagen, après le Morvan et ses paysages, se consacre presque exclusivement à la Bretagne.
Faudacq, peintre douanier, sillonne nos côtes de Tréguier à Bréhat.

Chacun est l’antithèse de l’autre, mais tous peignent la région dans laquelle ils ont choisi de vivre, et à laquelle ils sont attachés. La galerie Stephan, ancrée dans cette région aimée des peintres s’interroge sur cette notion, parfois décriée, du régionalisme dans la peinture.
- comment la jauger ?
- La peinture de qualité et le régionalisme font ils bon ménage ?
- Quel est l’intérêt d’une peinture régionaliste ailleurs que dans sa région de prédilection ?
- Est ce à voir avec l’art ou uniquement avec la géographie ?
- Est ce une manipulation commerciale ?
- Cela sert il uniquement une stratégie touristique ?
Autant de questions où quelques esprits chagrins répondront en dénigrant cette peinture.
En nous appuyant sur ces trois peintres, si différents, nous voulons démontrer qu’une communauté de motifs, une unité de lieu, engendrent des œuvres extrêmement différentes ; loin d’être négatif, le terme de régionalisme est infiniment riche. Cette diversité et cette richesse font partie d’un patrimoine.

. Seevagen veut rendre la lumière et la beauté des paysages qu’il a sous les yeux. C’est un peintre ’’sur le motif ’’. Il peint ce qu’il voit mais à travers le prisme de sa sensibilité. Ses ciels sont souvent époustouflants et participent amplement à la composition de sa toile ; ils en occupent souvent les deux tiers. Il sert son sujet mais choisit sa mise en page.
. Clouard, lui, a bien appris la leçon nabie. Il privilégie la couleur en simplifiant le trait. Il écoute la leçon de Gauguin : "Ne copiez pas trop la nature, mais rêvez devant elle."
. Faudacq en excellent dessinateur, croque tout ce qu’il voit et rien que ce qu’il voit. Chaque dessin est le témoignage extrêmement fiable d’une époque, d’un lieu, d’un geste. Le but est ici ethnographique.

Les sensibilités au sein d’une même province sont donc riches et multiples. Ces trois peintres puisent leur inspiration dans leurs ’’racines’’ ou tout au moins dans leur pays d’adoption ; mais réveillent aussi des sentiments universels : beauté, poésie, émotion, curiosité, ou respect pour un passé disparu.
Que craint-on souvent dans la peinture régionaliste ? la médiocrité, le chauvinisme voir même une petitesse d’esprit ?
En effet si reconnaître un lieu familier ne valide pas une peinture, le fait qu’elle parvienne à nous ouvrir sur des sentiments universels lui donne ses lettres de noblesse. Le sujet régional ’’s’ouvre’’ lorsqu’il touche les sentiments supérieurs de l’âme ; Nombreux sont les peintres arrivant en Bretagne entre la fin du XIX° siècle et le début du XX° siècle qui ont su donner cette belle amplitude à leur œuvre, avec nos côtes comme toile de fond.

... à suivre...

  • Seevagen. Galerie Stephan Perros-Guirec
  • Clouard. galerie Stephan Perros-Guirec
  • Faudacq. galerie Stephan Perros-Guirec
Galerie Stephan ~ 66 rue du Maréchal Joffre ~ 22700 Perros-Guirec ~ tel : 02 96 23 38 63 ~ couriel : galeriestephan@gmail.com